dimanche 28 mai 2017

Miquel Izuel: “La arteterapia nos propone estar bien vivos”

Barcelona acogerá las VIII Jornadas de Arteterapia en Educación, Salud y Comunidad los próximos 7 y 8 de julio, donde se presentaran varios trabajos de arteterapia realizados en diferentes ámbitos y colectivos (salud, educación, sociedad y comunidad). Grefart Artteràpia organiza este encuentro, que cuenta ya con ocho ediciones, con la finalidad de dar a conocer la arteterapia y lo que esta disciplina puede ofrecer a los campos de la salud, la educación y el trabajo social y comunitario.


Miquel Izuel, presidente de Grefart, introduce Barcelona Cultura Social al mundo de la arteterapia.

Barcelona Cultura Social parte de la concepción de que el arte fomenta la inclusión social.

Para nosotros, el arte no colabora en la inclusión, sino que directamente es inclusivo, porque permite que la persona viva en un medio donde puede reconocer que es capaz de desarrollar su potencial creador. Esto mismo es inclusivo porque da otra posibilidad de dialogar con uno mismo. La creación proporciona la distancia necesaria para interrogarse y hablarse a uno mismo. Es como haber desarrollado un interlocutor.

¿Qué es la arteterapia?

La arteterapia no es una terapia. Tiene efectos terapéuticos, de desarrollo del potencial humano y de inclusión social, pero no está enfocada a ser una terapia. Se trata de una disciplina que propone un encuentro humanizado y creadora con el otro. Se sostiene en dos ejes: el de la relación y vínculo entre el paciente y el arteterapeuta, y el de las producciones hechas con medios y lenguajes artísticos. Por eso decimos que la arteterapia está al servicio de convocar las capacidades creadoras. Es un encuentro humanizado, un encuentro creador con el otro.

El centro es la creatividad.

No me gusta hablar de creatividad porque hay maneras de entrenarla. En cambio, la creación no se puede adiestrar.

¿Qué efectos tiene la creación en la persona?

Las personas vivimos en el mundo y tenemos una representación de éste que es una forma de representarnos a nosotros mismos. Tenemos un psiquismo que aprende del mundo y nos lo hace vivir a través de su construcción. Lo que propone la arteterapia es una manera de reabrir ciertas miradas, de analizar ciertas conductas que son repetitivas y amortiguadas. La creación produce un cambio en la percepción de las cosas y en el mismo instrumento a través del cual percibimos. Nos ayuda a comprender quién somos.

Al final, lo que hace la creación es cambiar tu psiquismo. Lo vuelve más amplio y evita las relaciones que funcionan a través de determinados esquemas que dan lugar al mundo pero que, al mismo tiempo, también contraen a la persona. Hay gente que a la hora de morir sufre mucho y tiene que morir en vida para no sufrir tanto después, y hay gente que entra en la muerte estando bien viva. Nosotros proponemos estar bien vivos, sentir que uno es capaz de crear su propia existencia.

Cual es la situación de la arteterapia en Barcelona?

En Barcelona hay tres asociaciones que se dedican a la arteterapia, por lo que se puede decir que tenemos un campo importante. Ahora bien, es una profesión muy tierna: es muy joven y no está regulada. Pasa un poco lo que decía (equivocadamente) Mendel: “la función crea el órgano”. Sólo cuando ha habido personas que han hecho prácticas creadoras en hospitales, centros de enseñanza, centros de rehabilitación, etc. y han visto el valor que tiene, ha sido cuando se ha valorado la posibilidad de integrar la profesión de la arteterapia en su cartera de servicios.

Antes las personas que trabajaban como “arteterapeutas” eran enfermeros psiquiátricos que aplicaban arteterapia pero no trabajaban exactamente como arteterapeutas. Todo esto se está revirtiendo porque la gente que sale formada está intentando ocupar un espacio, dar a conocer lo que es la arteterapia. La verdad es que tiene un eco muy bueno en la sociedad, aunque las instituciones ya no aceptan nuevas profesiones en sus servicios sociales. A pesar de esto, la verdad es que se está abriendo camino, y esto es sobretodo porque la gente reconoce el valor que propone el arte y la actividad creadora que se desarrolla.

¿Cómo complementa la arteterapia a los servicios del sistema social?

Siempre hemos vivido en un paradigma digno pero asistencial: las administraciones públicas deben proveer de recursos a la gente que lo necesita. Esto continúa siendo totalmente vigente, pero se basa en un modelo asistencial que no explica a la persona que tiene unas capacidades creadoras y que puede contribuir a transformar la sociedad.

La arteterapia propone abrir el diálogo sobre las propias capacidades y hacerlas presentes. El paradigma asistencial se limita a cubrir las necesidades más esenciales y se olvida de cubrir las que son humanas, espirituales.

Sources : http://cultura.social/es/miquel-izuel-la-arteterapia-nos-propone-estar-bien-vivos/

samedi 20 mai 2017

Constitution du Bureau de l'association ARAT pour l'année 2017

Le samedi 4 mars 2017 a eu lieu l'Assemblée Générale de l'Association de Recherche en Art et Thérapie à la Maison de la Vie Associative de Béziers.


1.ORDRE du JOUR :

1. Rapport  moral du Président
2. Rapport d’activités par la Secrétaire
3. Rapport comptable par la Trésorière (trésorerie et adhésions)
4. Renouvellement des membres du Bureau
5. 11e Rencontres de l’ARAT (8 avril 2017)
6. Constitution de l’équipe d’accueil des 11e Rencontres de l’ARAT
7. Le Comité Scientifique de Recherche Associative (CSRA)
8. Validation des Groupes de Recherche Associative (GRA)
9. Le collectif de l’ARAT
10. Projets 2018
11. Partenariat avec Sanus ONG du Dr Awohouedji au Bénin
12. Partenariat avec le CRIP de Laure de St Martin à Paris
13. Partenariat avec l'Atelier le Baobab de Christine Soler à Pau.
14. Le mouvement « Art-thérapeutes, Debout ! »
15. Le Grand Rassemblement des Art-thérapeutes de France à Lyon les 15 et 16 avril 2017 !
16. Questions diverses des participants

2. Renouvellement des Membres du Bureau :

Président : Jean-Louis Aguilar / Art-thérapeute
Secrétaire : Bénédicte Carrière / Art-thérapeute
Secrétaire-adjointe : Génaelle Reynes / Éducatrice spécialisée
Trésorier : Cathy Bodart / Art-thérapeute
Trésorier-adjoint : Cynthia Seibert / Psychologue
Membres : Virginie Mazière / Psychanalyste et Art-thérapeute
                   Stéphanie Arhel / Assistante sociale et Art-thérapeute
                   Fabienne Broll / IDE et Art-thérapeute
                   Gaëlle Chamboncel / psychologue clinicienne et Art-thérapeute
                   Muriel Jammes / Educatrice spécialisée et Art-thérapeute

Sortants : Sophie Fardet / ISP, Artiste, Art-thérapeute
                 Fabien Sorabella / Psychologue clinicien et Musicothérapeute


3. Comité Scientifique de Recherche Associative (CSRA)

Ont été accrédité par le Bureau les Groupes de Recherche Associative (GRA) suivants :

GRA n°1 :
L'art-thérapeute face au processus de vieillissement / l'Art-Thérapie en EHPAD
Animé par Fabienne Broll

GRA n°2 :
Méditation et Thérapie
Animé par Bénédicte Carrière

GRA n°3
Pour une ingénierie du métier d'Art-thérapeute
Animé par Jean-Louis Aguilar

GRA n°4
Publication de notre recherche associative
Animé par Bénédicte Carrière

4. Projets de création de groupe

  • Art et interculturalité, la question de l'être au monde !
  • La psychosomatique en art-thérapie ?
  • Art-thérapie et psychanalyse, un pont nécessaire ?
  • Etre artiste ?



Un apéritif convivial a clôturé notre réunion !

Contacts : asso.arat@gmail.com

jeudi 11 mai 2017

CONFÉRENCE SUR L'ART-THERAPIE

CONFERENCE à la COSMOPOLITHEQUE
par Jean-Louis Aguilar-Anton
Art-thérapeute
Thème : L’ART-THERAPIE


Pour une art-thérapie contemporaine, intégrative et systémique

Vendredi 9 juin 2017 à 18h30
à
La COSMOPOLITHEQUE
(Immeuble Associatif)
1, Place Garibaldi
34500 Béziers
Réservations au 04 67 49 36 70 (le nombre de places est limité)

Argumentaire :
L’art-thérapie a le vent en poupe, phénomène de mode ou véritable thérapie ?
Elle se répand dans le champ sanitaire et social, dans le développement personnel, le coaching, le bien-être,  la spiritualité, l’entreprise, les médias, les loisirs sans aucune différenciation.
Ma réflexion se portera sur un constat sociologique. Sommes-nous seulement des consommateurs ? Sommes-nous obligés de nommer toutes nos activités comme étant thérapeutiques ? Et à plus fortes raisons comme art-thérapeutiques ?
Qu'en est-il de l’utilisation des médiations thérapeutiques, artistiques et culturelles ?
Que dire du glissement sémantique des concepts du processus de création, de l'art, de la créativité, de l’esthétique ? Des liaisons dangereuses entre art et santé, entre thérapeutique et guérison ?
Qu'elle est la place de l'artiste dans notre société ? 

PAF :
Le prix d’entrée est de 5€. 
La participation à une activité de la Cosmopolithèque (immeuble associatif) suppose la 1ère fois une adhésion libre de 2 € minimum.
Les entrées seront intégralement reversées à l’association Cosmopolithèque.

vendredi 28 avril 2017

Inscriptions à une Formation en Art-thérapie et Créativité !

CENTRE DE FORMATION EN ART-THERAPIE ET CREATIVITE
Coopérative Territoriale d'Activités et d'emplois
Atelier Le BAOBAB
www.atelierlebaobab.fr
60 2 rue de Craone 64000 Pau
Tel : 06 19 05 32 59

« Prochaine session de formation: Septembre 2017 »
Tronc commun : 
Animateur d'ateliers d'expressions créatrices / Art-thérapeute
Les inscriptions se dérouleront de Mai à Juillet 2017
Pour toutes demandes de renseignements téléphoner au secrétariat ou
mail : atelierbaobabscicpau-pyrenees@orange.fr
Les dossiers de pré-inscriptions sont à retirer au secrétariat
Tel : 06 19 05 32 59


Mis en ligne avec l'aimable autorisation de Christine Soler

CENTRE DE FORMATION EN ART-THÉRAPIE ET CRÉATIVITÉ

CENTRE DE FORMATION EN ART-THÉRAPIE ET CRÉATIVITÉ
Coopérative Territoriale d'Activités et d'emplois
Atelier Le BAOBAB
www.atelierlebaobab.fr
60 2 rue de Craone 64000 Pau
Tel : 06 19 05 32 59

QUI SUIS-JE ?
Le Baobab est un centre de formation en art-thérapie et créativité situé à Pau dans le département des Pyrénées Atlantiques (64) dans la région de la Nouvelle Aquitaine .

Christine SOLER en est la fondatrice
Les ateliers du baobab s'accordent entre
Accompagnements - Ateliers - Conférences - Formations -
Stages...et autres créations...


Comment l'atelier du baobab a vu le jour ?
Voulez-vous connaître son histoire ?

Alors voilà, il était une fois une jeune femme qui rêvait de ...

Depuis de longues années (1994) au service de l'éducation pour tous, avec à ce jour une large expérience en établissements et services sociaux : foyers de l'enfance, centre sociaux, groupes scolaires, à domicile... Médico-sociaux : foyers d'hébergement, ESAT, service d'accueil de jour, maison d'accueil spécialisée...etc.

Je me suis ainsi formée en parallèle et en continue comme monitrice-éducatrice, éducatrice spécialisée et à la pratique des psychothérapies utilisant une médiation artistique, corporelle et culturelle dans le cadre des psychothérapies individuelles, groupales, institutionnelles, des troubles psychiques prolongés et sévères à Toulouse Purpan.

J'ai exercé les fonctions de responsable, formatrice et enseignante dans le cadre du domaine de formation 3 du diplôme d'état d'aide médico-psychologique au Centre Hospitalier des Pyrénées (animation de la vie sociale et relationnelle) à Pau.
Formatrice vacataire à GERFI+ sur le thème de l'accompagnement de la personne vieillissante et/ou en situation de handicap à La Rochelle ou en intra en France.
Initiatrice de la création de l'association Les Coccinelles : Culture et handicap, l'accès aux pratiques artistiques pour tous, chargée du développement de ce projet et dans ce cadre animatrice d'ateliers d'expressions médiatisées au Centre Social La Pépinière à Pau de 2009 à 2012.
En Décembre 2011 j'obtiens le D.U de " Psychiatrie, psychothérapies médiatisées et art-thérapie" au CHU Purpan / Faculté de Médecine Paul Sabatier à Toulouse.

En Décembre 2012 je décide de voler de mes propres ailes et quitte l'association "ADAPEI 64" où j'exerçais mon métier pour continuer à réaliser un de mes rêves :

« Ouvrir un atelier d'expressions médiatisées dans la cité ».


Puis, en Janvier 2013 je crée l'Atelier le Baobab. : Atelier d'Expressions Médiatisées et Art-thérapie pour enfants, adolescents, adultes pour créer mon emploi en tant qu'art-thérapeute.
En Juillet 2013, dans le cadre de ma démarche de création d'activités professionnelle, le projet que je présente est accepté et je rejoins la S.C.I.C Pau-Pyrénées avec le souhait de rester en lien avec les valeurs de Solidarité, Fraternité, Liberté.

Le 1er Décembre 2014 j'ouvre les portes de l'atelier Le BAOBAB à Pau.
En avril 2015 j'obtiens la certification d'art-thérapeute grâce à la validation des acquis par l'expérience.
Mars 2016 : Une équipe pluridisciplinaire prend forme dans le cadre des Médiations artistiques et art-thérapie.
En Septembre 2016 le Baobab ouvre sa 1ere session de formation "Animation, médiations artistiques et art-thérapie" : Art-thérapeute, médiateur artistique et/ou animateur d'ateliers d'expressions créatrices.

« Création d'une 1ère session de formation art-thérapie et créativité »
Cette 1ère session de formation est non pas issue de la théorie mais de la pratique, d'échanges et de rencontres. Elle ouvre et propose aux professionnels de la relation d'aide désireux d'élargir leurs compétences une ouverture ..
Le Centre de Formation du Baobab propose un accueil, des formations et spécialisations de professionnels curieux de découvrir ce qu'est l'art-thérapie.

Coopérative Territoriale d'Activités et d'emplois
SCIC Pau-Pyrénées 2 rue de Craonne - 64 000 Pau
N° de SIRET : 793 338 179 00013
N° de TVA Intracommunautaire : FR 45 793338179- N° de SIREN : 793 338 179 - APE : 8299Z
Activité prestation de formation enregistrée sous le numéro 72 64 03563 64

Article mis en ligne avec l'aimable autorisation de Christine Soler

dimanche 23 avril 2017

Des ateliers de cuisine-thérapie pour mieux se connaître.3.


“Je suis bonne pâte”
Ça veut dire : être accommodant, docile, serviable, gentil. Trop ? Cette expression qui évoque un caractère malléable – comme la pâte à tarte – est pour certains synonyme d’attitude influençable et soumise.

En cuisine : suivez-vous les recettes à la lettre ? Optez-vous toujours pour les mêmes plats par crainte de mal faire ou pour vous assurer de ne pas décevoir vos convives ?

L’expérience de Caroline, 47 ans : « J’ai hésité avec “être bonne poire” mais je trouvais cette expression péjorative. L’image de la pâte à pain blanche m’a attirée. Je l’ai choisie car elle correspond à ma personnalité, avant de faire le lien avec mon ancien métier : pâtissière ! J’ai tendance à dire oui, à me fondre dans la masse, à rendre service. Mon mari me dit que j’en fais trop pour les autres. En atelier, j’ai réalisé un crumble aux pommes en mettant la pâte à l’intérieur de la pomme évidée. Et j’ai rajouté du poivre pour faire plaisir à une participante qui adore ce condiment. J’aime cuisiner pour les gens. C’est le bonheur de malaxer la pâte qui m’a guidée. Je trouve ça déstressant et thérapeutique. Je me demandais si ce tempérament “bonne pâte” était une bonne chose ou pas. J’étais sur le point d’arrêter de me laisser faire. Mais cet exercice m’a permis de me mettre en accord avec moi-même. Ce trait de caractère est un atout : c’est ce que les autres apprécient chez moi. Maintenant, je voudrais comprendre pourquoi je le suis en société et pas du tout en famille. Moi aussi parfois j’aimerais qu’on me fasse à manger. C’est une problématique qui reste à creuser. »

“J’en ai gros sur la patate”
Ça veut dire : être malheureux ou déçu, ressentir du dépit ou de la rancune. Cela s’exprime soit par de la tristesse ou de l’abattement, soit par de la colère ou une hyperactivité.

En cuisine : cette hypersensibilité vous fragilise-t-elle au point de manquer d’idées de recettes ou, au contraire, d’imposer votre plat fétiche ?

L’expérience de Céline, 40 ans : « Cette expression était très parlante pour moi fin 2015. J’avais vécu une période cauchemardesque, avec le deuil d’une amie, une déprime post-partum, une relation conflictuelle avec mon père, et l’entrée dans la quarantaine. Alors que j’ai un tempérament enthousiaste, je sentais un énorme poids me tomber dessus, et je me suis dit qu’il fallait que je “crache” cette phrase que je n’aime pas. Je la visualisais telle une patate difforme au visage renfrogné, avec la tête enfoncée dans les épaules et perdue dans un brouillard vaporeux. J’ai écrasé grossièrement des pommes de terre et des morceaux de carotte, les ai rassemblés en montagne… et je leur ai tapé dessus ! Il faut dire qu’en début d’atelier l’atmosphère quasi méditative m’a permis de lâcher des litres de larmes. J’étais tremblotante et triste, moi qui préfère garder les pouces en l’air pour indiquer que tout va bien. Le message a pris sens lors du débriefing. J’ai senti qu’il fallait que j’arrête de croire que ça allait passer. Exprimer que j’en avais gros sur la patate était un soulagement. Ça m’a incitée à consulter mon psychiatre et à accepter de prendre un traitement chimique. Jusque-là, je voulais donner la priorité au projet d’avoir un quatrième enfant. J’ai réalisé que ça devait passer au second rang car ma famille allait en pâtir. J’ai remis les choses en ordre. »

“Je suis au four et au moulin”
Ça veut dire : se plaindre de ne pas pouvoir s’adonner à plusieurs occupations en même temps. Cette sensation d’être tiraillé donne l’impression d’être débordé ou incapable de faire comme il faut. Elle paralyse ou disperse l’énergie.

En cuisine : acceptez-vous de ne pas agir pendant que vos oignons rissolent dans la poêle ? Mettez-vous tous les plats à cuire en même temps ? Supportez-vous la frustration et les petits ratés (le trop cuit, trop mou…) ?

L’expérience d’Annabelle, 37 ans : « C’était ce que je vivais cette semaine-là. J’essayais de travailler à la maison et mon fils me le reprochait. Passionnée par mon métier, je cours sans arrêt pour remplir mes objectifs professionnels et je veux assurer en tant que maman. Je me sens écartelée, c’est fatigant. À force de vouloir tout faire, on n’est jamais totalement présent à ce qu’on fait. Alors j’ai décidé de confectionner une salade de courgettes avec une recette salée pour symboliser le travail (en ajoutant endives, tomates et fromage) et sucrée pour la maison (avec des pommes, du miel et des noisettes). Et je ne les ai pas mélangées. J’ai compris que le secret était de compartimenter ces deux sphères. J’ai choisi cette expression à l’instinct et elle m’a obligée à me recentrer sur moi. Non seulement l’atelier m’a permis d’être plus créative en cuisine, mais il a aussi eu un impact sur mon organisation. Aujourd’hui, je sors plus tôt du travail pour me consacrer à mon fils les jours où j’en ai la garde. »

Sources :
http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Articles-et-Dossiers/Des-ateliers-de-cuisine-therapie-pour-mieux-se-connaitre/7-Je-suis-bonne-pate

Des ateliers de cuisine-thérapie pour mieux se connaître. 2.


La cuisine-thérapie d’Emmanuelle Turquet repose, quant à elle, sur l’exploration d’une émotion qui, consciemment ou pas, fait écho à une problématique personnelle. Et sa démarche la propulse bien loin de la culinothérapie ! Le mot d’ordre ici : se libérer des recettes toutes faites, des diktats nutritionnels qui nous culpabilisent et de la cuisine spectacle façon Top chef, prompte à nous complexer. « Aborder différemment cette pratique permet de baisser la garde du mental et de se reconnecter à soi », explique l’art-thérapeute, elle-même ex-orthorexique. Tout est permis. Mais la voie de la créativité n’est pas toujours facile… « Je me souviens d’une participante assez réservée qui se tenait les bras croisés. Lors du débriefing, elle a déclaré à propos de son premier plat, sur le thème de “la carotte voyageuse” : “Ce n’est pas la peine d’en parler.” C’est en l’invitant à exprimer son ressenti au travers d’une deuxième recette qu’elle a pu sortir sa colère, en réalisant une purée sucrée-salée. »

Déguster en pleine conscience et accueillir ce qui vient

Nous savons que notre cuisine nous ressemble. Elle parle notamment de nos goûts et de notre culture. Pratiquée en séminaire d’entreprise, elle peut révéler nos stratégies d’entraide, nos capacités de leadership (qui est le chef, qui est le commis ?), notre esprit d’initiative et d’innovation. Mais improviser sur « la courgette amoureuse » ou « les poires se prennent pour des stars » sans sa petite épicerie habituelle, voilà qui nous pousse dans nos retranchements ! « Il faut accepter de ne pas savoir à l’avance », encourage Emmanuelle Turquet. Chacun de ses cours débute d’ailleurs par une phase de relaxation ou de dégustation en pleine conscience pour « laisser le cerveau au vestiaire ». « Ma seule ambition est d’accompagner les gens dans leur cheminement. Le contenu de l’atelier n’est donc pas programmé à l’avance. J’accueille ce qui vient, et certains repartiront avec plus de confiance en eux, d’autres auront contacté des émotions enfouies ou pris conscience de certains fonctionnements toxiques pour eux », dit-elle. Dans ce contexte créatif et libérateur, la cuisine n’est pas seulement symptomatique de notre tempérament, de notre humeur ou de notre mode de relation aux autres. Elle donne l’appétit de dire ce que nous avons sur le cœur et peut aussi être un vrai catalyseur de transformation personnelle. Une quête de soi à déguster sur place ou à faire mijoter à feu doux en psychothérapie !

Exercice :
Cuisinez-vous !

“Se mettre la rate au court-bouillon”, “être soupe au lait”, “dur à cuire”… Que nous les employions souvent ou qu’elles fassent écho à notre humeur du moment, certaines expressions peuvent nous aider à évoluer. Choisissez-en une que vous connaissez. Demandez-vous pourquoi elle vous parle, quel sens vous lui donnez, ce que vous aimez ou pas dans ces mots. Écrivez vos réflexions. Puis, comme Caroline, Céline et Annabelle, qui ont réalisé cet exercice lors d’un atelier, explorez ce ressenti en cuisine : épluchez, cuisez, mariez, épicez, disposez les ingrédients à votre guise. Comment vous sentez-vous à présent ?

Sources :
http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Articles-et-Dossiers/Des-ateliers-de-cuisine-therapie-pour-mieux-se-connaitre/4